Inscription à la newsletter
- - -
Se connecter
Menu
18/10/2019

Une kedgeuse lance ViJi : un simple scan et l'app vous donne des infos sur le vêtement que vous souhaitez acheter !

Diplômée de KEDGE en 2002, Anne-Laurence Villemonteil vient de fonder ViJi : une start-up dédiée à la traçabilité dans le milieu de la mode.

Partez à la découverte de ViJi, une récente start-up dédiée à la traçabilité et à la valorisation des actions sociales et environnementales dans l’univers de la mode. Avec ViJi, Anne-Laurence veut accompagner les marques de mode dans leurs démarches RSE et faire interagir les consommateurs.

  • Pour commencer, parlez-nous de votre parcours scolaire : quelles formations avez-vous suivie à KEDGE et avant d'arriver à KEDGE ? 
Mon baccalauréat scientifique avec mention européenne en poche, et souhaitant continuer à faire des études généralistes et tournées vers l'international, j'ai naturellement postulé au concours post bac SESAME. Etant reçue aux oraux dans plusieurs des écoles de ce concours, j'ai tout de suite su en passant les oraux de l'EBP/KEDGE que je me sentirai bien dans ce programme, entourée de personnes très ouvertes, aux profils plutôt atypiques et dans la ville de Bordeaux, pour laquelle j’avais eu un coup de cœur.
 
  • Racontez-nous votre parcours une fois vos études terminées : quels postes avez-vous occupés ? Qu'est-ce que ces postes vous ont appris ? 
Une fois mes études entre Bordeaux et Rotterdam terminées, et cherchant du travail en Italie dans le secteur de la mode, j’ai finalement trouvé mon premier poste en Bretagne, dans ma région d’origine, au sein du Groupe Beaumanoir, centrale d’achats textile malouine alors en pleine expansion (marques Cache-Cache, Patrice Bréal, Morgan, Bonobo, plateforme logistique C-Log). J’y suis restée un peu plus de 6 ans principalement en tant qu’acheteuse, ce qui m’a permis de continuer à parcourir le monde tout en apprenant beaucoup (les métiers et techniques propres au secteur textile mais également les outils et le management d’une PME devenue un acteur national incontournable). Voulant élargir ma vision du secteur, je suis ensuite passée de l’autre côté de la barrière et ai intégré les équipes d’un petit fabricant textile pour lequel j’ai géré les équipes de style, l’approvisionnement et le développement commercial dans la région parisienne. Forte de cette expérience, j’ai pris mon envol pour le Vietnam (pays dont j’avais identifié les opportunités) et y ai créé ma marque de prêt-à-porter féminin haut de gamme et éthique. Malgré une belle reconnaissance par les différents acteurs du secteur (salons, presse, clientèle…), la marque n’était pas assez rentable et j’ai dû fermer la société après 4 saisons de ventes. J’ai ensuite rebondi en gérant l’une après l’autre 2 sociétés pour le compte d’investisseurs étrangers. De retour en France et installée sur le bassin d’Arcachon depuis 3 ans, j’ai eu la chance de rencontrer à mon arrivée, un entrepreneur local très dynamique, qui m’a embauchée en tant que responsable Qualité Hygiène Sécurité Environnement. Grâce à lui et à sa confiance, j’ai pu renouer avec une carrière française et me former à la RSE en suivant des modules du master de responsable QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement) du CESI, à Bordeaux.
 
 
  • Quel(le) est votre projet/situation aujourd'hui ? Comment avez-vous eu l'idée et l'envie de faire ce que vous faites aujourd'hui ? 
C’est une fois de retour en France, et en renouant avec mes amitiés de toujours, que Josselin Vogel, mon actuel associé m’a parlé de son projet de startup ViJi. J’ai complètement adhéré au concept qui réunissait toutes mes envies et compétences, et quelques mois après notre première discussion, j’ai décidé de rejoindre le navire. ViJi est un ensemble de solutions innovantes de traçabilité et de valorisation des actions RSE (Responsabilité Sociétale et environnementale) à destination des marques de mode, de leurs fournisseurs, et de leurs clients. Notre objectif est de récupérer de la donnée RSE auprès des marques et de leurs fournisseurs, de la sécuriser et de la structurer. En la mettant à disposition des marques et de leurs fournisseurs, nous les aidons à mieux connaitre et déployer leurs actions RSE. En mettant ces informations à dispositions des clients des marques via une application pour smartphones et sur le site marchand des marques, nous apportons de la transparence aux clients finaux. La société est née fin mars 2019. Nous avons commencé les développements technologiques le 1er mai 2019 et allons finaliser la première version de l’ensemble de nos solutions au cours du dernier trimestre 2019. Nous avons déjà plusieurs clients dont certains d’envergure et le concept intéresse de nombreuses autres enseignes, ainsi que des organismes privés et publics travaillant sur la traçabilité du secteur textile.
 
  • Quels sont vos objectifs de développement pour l'avenir ? 
Une première levée de fonds est prévue courant 2020 afin d’accélérer le développement de la société. Nous allons avoir besoin d’internaliser les développements de nos solutions et donc de recruter des équipes techniques. L’année 2020 sera centrée sur la sécurisation de la donnée et la scalabilité de nos solutions. Nous souhaitons rapidement pouvoir utiliser une solution de blockchain pour parvenir à nos fins. Afin d’améliorer nos solutions, nous avons besoin d’un maximum de terrains d’expérimentation et devons également recruter des personnes avec des connaissances du secteur textile et de la RSE, avec des profils commerciaux et auditeurs.

 

  • En quoi votre scolarité à KEDGE Business School vous a aidé à devenir ce que vous êtes aujourd'hui, et en quoi ses enseignements vous ont aidé dans le développement de votre projet ? 
KEDGE m’a apportée les clefs pour comprendre les mécanismes généraux d’une entreprise et de l’économie au sens large, choses qui étaient très nouvelles pour moi, issue d’une filière scientifique et d’une famille pas du tout dans le commerce. J’ai aussi aimé le fait d’avoir la possibilité d’être très autonome tout en ayant un cadre scolaire. D’autre part, même si je ne l’ai pas réalisé à l’époque, KEDGE m’a apporté un réseau et m’apporte toujours un réseau très utile. Enfin, d’être incubée au sein de la Business Nursery est une chance énorme : nous bénéficions de locaux formidables et d’un accompagnement par des professionnels dynamiques, pertinents et bienveillants.
 
 
  • Anne-Laurence, autre chose à ajouter ?
L’application ViJi sera téléchargeable à partir de mi-novembre. Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et inscrivez-vous à notre newsletter depuis le site viji.io pour être tenus au courant de la date de sortie exacte. Nous sommes en phase d’expérimentation et tous les retours seront les bienvenus. Plus nous aurons d’utilisateurs et de retours, plus vite nous progresserons vers des solutions adaptées à vos besoins.
 

VOUS ÊTES NOMINÉ(E), VOUS LANCEZ UN PROJET, UNE START-UP ?

0 Commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.