Inscription à la newsletter
- - -
Se connecter
Menu
12/11/2019

Rencontre avec Pierre, un kedger expatrié au Pérou

Les 5 étudiants du pro-act "KEDGE Alumni Success" sont actuellement en Amérique du Sud, où ils viennent à la rencontre de nos diplômés.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours scolaire et de votre formation à Kedge ? Dans quel cadre avez-vous étudié à Kedge ?

Je suis de la promo de 2017 du PGE, je me suis orienté sur des cours de commerces internationale, c’est quelque chose qui m’a toujours intéressé. Durant ma césure, j’ai effectué deux stages, le premier en Colombie à la Chambre de Commerce Franco-Colombienne et ensuite je suis revenu en France pour faire un second stage chez AlterNego. Ensuite j’ai fait mon M2 en alternance au sein du Groupe La Poste, chez Recygo, qui propose de recycler les fournitures de bureau. J’occupais un poste de consultant Business Developer.

Après Kedge, j’ai fait un service civique car je voulais prendre du temps pour trouver un VIE en parallèle. J’ai fait ça dans une association de Kedge justement ou je m’occuper de trouver de nouveaux contacts entreprise afin de placer de nouveaux stagiaires qui venaient de l’étranger. C’est à ce moment-là que j’ai trouvé mon VIE pour le Pérou, je travaille en tant que Responsable Commercial chez Ecocert’. C’est une entreprise Française qui certifie les producteurs en Bio et en commerce équitable.

Pourquoi avez-vous décidé de partir vivre Lima ? Était-ce dû à une réelle envie ou était-ce dû à une opportunité que vous avez saisie ?

C’est simple, mon père est Péruvien, je suis né et j’ai grandis en France mais j’avais envie d’essayer la vie professionnelle ici au Pérou et puis j’ai également de la famille ici à Lima. J’aime beaucoup la mentalité des gens ici ! Pour résumer, c’est beaucoup pour la finalité culturelle mais aussi pour le poste en lui-même qui me confère énormément de responsabilités.

 

Quelles différences distinguez-vous dans la manière de travailler entre le Brésil et la France ?

Ici nous sommes sur du management horizontal, clairement. Et il y a cette grosse partie affective dans le travail de tout les jours, cela compte énormément ici, mais parfois il faut savoir prendre du recul car certaines personnes peuvent facilement essayer de vous attendrir (rires). Il faut savoir gérer cette partie-là.

Quels sont vos projets pour l’avenir ? Où vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 10 ans ?

Mon VIE se termine l’année prochaine, mais si tout se passe bien je pourrai continuer au poste que j’ai. J’ai un poste très intéressant, il y a plein de choses à faire ici au Pérou donc je me vois rester ici. Mes projets à moyen long termes sont clairement ici mais si beaucoup de choses peuvent arriver dans le futur.

 

De quelle manière Kedge vous a aidé à réaliser vos projets quand vous êtes venu au Brésil ensuite ?

C’est vrai que Kedge m’a beaucoup aidé ! J’ai intégré l’Ecole en AST2 et j’ai réellement ressenti l’utilité du réseau lors de ma césure. J’ai trouvé mon stage en Colombie par le biais d’une Alumni qui était inscrite sur une liste d’anciens élèves. Idem pour mon alternance, j’ai réussi à obtenir des contacts d’Alumni qui après m’avoir rencontré, m’ont donné l’opportunité de suivre ce parcours. Pas seulement parce que j’étais de Kedge évidement (rires), mais cela fut un atout de taille pour la mise en relation. La puissance du réseau Kedge est vraiment très utile ! La partie flexibilité en alternance m’a aussi permis d’avancer sur mes autres projets à cette époque, notamment sur ma recherche de VIE. J’ai pu suivre mes cours en distanciel, ce qui m’a vraiment apporté du confort et du temps sur le plan personnel.

Aviez-vous des appréhensions avant de partir ?

Oui j’avais quelques appréhensions car je connaissais le rôle que j’allais avoir ici dans mon entreprise, c’était la première fois que j’allais être responsable et donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre à ce niveau-là. Je ne connaissais pas non plus mon équipe, donc forcément un peu d’appréhension là-dessus. L’aspect culturel était aussi présent, du fait que les relations soient très axées sur l’affect, je me demandais si les personnes étaient vraiment sérieuses au travail (rires).

 

A ce propos, Quels conseils pouvez-vous donner à un jeune diplômé de Kedge qui hésite à lancer sa carrière professionnelle en Amérique Latine ?

S’appuyer sur le réseau Alumni, regarder les sur les fichiers d’anciens afin de pouvoir cibler par zone et par secteur. Cela peut-être une bonne solution pour intégrer une entreprise sur le continent. Mais il est aussi intéressant de venir une première fois afin de se faire une idée et de pourquoi pas, postuler directement dans des groupes sur place.

Quels sont les secteurs porteurs dans ce pays ce pays selon vous ? Il y a-t-il des postes à pouvoir pour de jeunes diplômés par exemple ?

Oui, le secteur de l’agriculture porte clairement le pays sur le plan économique, notamment avec le café, le cacao et les fruits ! Mais le Pérou est un pays en voie de développement avec une croissance à deux chiffres sur les deux dernières années, il y a énormément de choses à faire. Je pense que si un Kedgeur devait se positionner ici, il devrait se diriger vers le secteur du Service, auprès des entreprises mais également des particuliers. L’idée pourrait être d’implanter une filiale française existante ou alors de startuper le projet. C’est vraiment un secteur intéressant pour un nouveau business.

 

Qu’est-ce que vous avez trouvé ici que vous ne trouveriez pas en France ?

La gastronomie ! (Rires). Même si certains plats français me manquent, j’ai une vraie affinité avec la gastronomie péruvienne. Je vous invite à la découvrir ! (Rires). Mais il y a aussi la partie affective, ici les personnes sont un peu plus ouvertes et plus libres dans leur façon d’interagir entre elles. Cette proximité permet de nouer des liens assez rapidement. C’est très appréciable au quotidien sur le plan personnel, mais c’est aussi un atout pour la partie commerciale !  

Quel est votre rôle en tant qu’Alumni ? Vous êtes passée par Kedge et vous faîtes partie de notre réseau dans le monde maintenant.

Lorsque j’ai vu votre poste sur les réseaux, j’ai trouvé votre démarche intéressante. Votre projet m’a donné envie de vous rencontrer et d’échanger sur mon expérience. Même si la communauté Kedge au Pérou n’est pas encore trop développé, je trouve très intéressant de se rendre disponible lorsqu’il y a de l’activité. Si dans le futur, une antenne venait à être mise en place, je pense que je serai plus actif.


 

Interview réalisée à Buenos Aires par les 5 étudiants du pro-act KEDGE Alumni Success. 

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROJET KAS

VOUS ÊTES NOMINÉ(E), VOUS LANCEZ UN PROJET, UNE START-UP ?

0 Commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.