Inscription à la newsletter
- - -
Se connecter
Menu
16/07/2019

Après avoir passé 7 ans à Londres, cette kedgeuse s'est expatriée à Sydney !

Les 2 étudiantes du pro-act "KEDGE Alumni Travel" sont actuellement en Australie, où elles viennent à la rencontre de nos diplômés expatriés

  • PROMOTION : 2012
  • POSTE : Cellar Door Ambassador
  • ENTREPRISE : Handpicked Wines
  • DURÉE D'EXPATRIATION : 7 ans à Londres, 5 mois à Sydney 

 

INTERVIEW :

  • Bonjour Mariette ! Pour commencer, présentez-vous rapidement.

 

Bonjour, je m’appelle Mariette Abovici. J’ai été diplômée en 2012. Je vis actuellement à Sydney depuis le mois de février où je suis en Working Holiday Visa. Je suis ambassadrice pour le cellar door chez Handpicked Wines.

 

Interview de Mariette Abovici

🌏 SYDNEY : 1 jour, 1 kedgeur 🌏 Nous avons rencontré Mariette Abovici, diplômée de Kedge Bordeaux en 2012. Avant de venir s'installer à Sydney, Mariette a travaillé pendant 7 ans à Londres. Découvrez prochainement son portrait sur le site de Kedge Business School Alumni

Publiée par Kedge Alumni Travel sur Mercredi 3 juillet 2019

 

  • En quoi consiste votre métier ? Quelles sont vos missions ?


Le customer service est au centre du projet cellar door. Je travaille pour une winery urbaine, dont l’ambition est de faire voyager le consommateur en Australie à travers le vin produit (55 références) et les différents vignobles (18 régions), dans un seul espace lié à la dégustation. Il y a une partie « hospitality » que j’ai découverte : recommandations aux clients finaux. Je fais du conseil en accords mets/vins et je donne des cours du vin. J’aide à la création de « flights thématiques » (4 petits verres de dégustation).

Je suis très impliquée dans l’organisation d’évènements (des partenariats avec des marques de mode, de la live music, des évènements VIP, des soirées distributeurs, des mariages…).

Grâce à mes qualifications en vin, je fais aussi de la formation à mes collègues plus juniors (dégustation à l’aveugle, création de fiches techniques par région et cépages,…).

Enfin, récemment on m’a confié le développement commercial wholesale. J’ai fait une étude de marché à l’échelle locale, écrit des pitch vendeurs pour les ambassadeurs et rencontré certains prospects sur le terrain pour la revente de nos vins aux hôtels, restaurants, galeries d’art environnants.

Très rapidement on m’a donné davantage de responsabilités (ouverture, fermeture du cellar door, opérations de cashing out, team leader, choisir les nouveaux fromages pour le menu,…). C’est un métier très complet et polyvalent. Cela me permet d’avoir une approche différente du monde du vin et après 7 années en tant que commerciale, de découvrir certains aspects liés à l’œnotourisme et l’hostality.

  • Pouvez-vous nous décrire votre parcours scolaire au sein de Kedge ? Quelle formation avez-vous suivi ?


Je fais partie de la première promotion de Kedge qui a été ouverte aux classes préparatoires littéraires. J’ai donc rejoint Kedge, à l’issue de ces deux années de formation, où j’ai suivi le programme Parcours Industries Créatives (PIC).

Sur le plan associatif, je faisais partie d’une liste BDS la première année. Malheureusement nous avons perdu la campagne et je me suis donc redirigée vers d’autres associations pour ma deuxième année. J’ai été présidente d’Adrénaline, l’association de sports extrêmes et j’étais secrétaire de Paparazzi l’association de photographie.

Lors de mon année de césure, j’ai travaillé pour Nicolas à Paris en marketing pendant 8 mois et ils m’ont ensuite envoyée à Londres pour faire des missions de Project Management pendant 6 mois. Pour ma dernière année d’études, je suis partie en université partenaire à Séoul pendant 6 mois.

 

  • En quoi Kedge vous a aidé à développer et réaliser vos projets ?


Kedge nous permet d’avoir de superbes opportunités professionnelles et nous apporte un grand réseau. Il y a beaucoup d’entraide entre Kedgeurs, de par du coaching mais aussi par le biais des antennes Alumni qui existent partout dans le monde.

Je suis très attachée à l’école, j’ai toujours aimé être impliquée. Je vais surement participer aux entretiens de recrutement des futures promotions lors de mon retour en France !

  • Depuis quand êtes-vous expatriée ?


J’ai travaillé 7 ans à Londres pour des importateurs de vins et je suis à Sydney depuis le mois de février. Cela va bientôt faire 8 ans que je suis expatriée !

  • Pour quelles raisons avez-vous décidé de vous expatrier à Sydney ?


J’ai décidé de venir en Australie pour découvrir le marché du vin Pacifique. J’ai pris la décision de venir à cette période de ma vie car c’est la dernière année où je suis éligible au Working Holiday Visa. J’aime beaucoup le climat de la ville qui est très agréable et je me plais beaucoup ici !

  • Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans ce pays ?


Pour être honnête, la ville de Sydney est similaire à Londres et peu de choses m’ont surprise lorsque je suis arrivée. Le système anglo-saxon donne la chance à tout le monde et fonctionne sur des opportunités. Les recruteurs ciblent moins les diplômes mais particulièrement la motivation et les projets de chacun.

Ah si, j’ajouterai peut-être l’absence de chauffage dans les appartements (en hiver, tout le monde a son radiateur portatif).

 

  • Quels sont vos projets futurs ?


J’ai prévu de rester en Australie jusqu’en janvier 2020. Jusqu’à cette date, je prévois de me déplacer autour de l’Australie pour découvrir le marché Pacifique notamment en Nouvelle-Zélande, à Hawaï ou encore en Nouvelle-Calédonie. Ayant été en Asie et ayant travaillé en Europe, cela me permettra d’élargir ma connaissance du marché du vin pour ensuite revenir en France. A mon retour, j’aimerai lancer mon entreprise à Bordeaux. L’idée serait, dans un premier temps, de travailler deux ans sur le marché export en France pour créer mon network sur place et ensuite construire mon projet.

  • Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?


Je pense que j’aurais sûrement orienté plus rapidement mes études sur le domaine du vin, avec un Master spécialisé. Jusqu’à mes 22 ans je n’étais pas attirée par le marché du vin, ce sont mes opportunités de stage qui m’ont permis de découvrir ce secteur !

Cependant mon parcours ne m’a pas empêché d’avoir une très belle évolution et j’ai obtenu mon WSET niveau 4 ! Je suis très contente du chemin parcouru jusqu’à maintenant !

 

  • Est-ce qu’il y a un autre pays dans lequel vous auriez aimé vivre et pourquoi ?


Les États-Unis ! Le marché du vin là-bas est assez dynamique et les consommateurs sont jeunes. Ma cousine habite sur place, et je vais la voir régulièrement. Je pense que c’est un endroit où la vie me plairait !

 

 


 

Interview réalisée à Sydney par Emma et Manon, étudiantes du pro-act KEDGE Alumni Travel. 

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROJET KAT

SUIVEZ-LES SUR INSTAGRAM

 SUIVEZ LEURS AVENTURES SUR FACEBOOK

 

VOUS ÊTES NOMINÉ(E), VOUS LANCEZ UN PROJET, UNE START-UP ?

0 Commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.