Inscription à la newsletter
Se connecter
Menu
09/03/2018

Rencontre avec Arnaud, diplômé de KEDGE expatrié en Italie

Les étudiants du pro-act Kedger Trotter ont choisi pour leur première interview d’interroger Arnaud Bel (ESC 2012), en poste à Milan et responsable de l'antenne locale de KEDGE Alumni.

Bonjour Arnaud, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis Arnaud Bel, j’ai 28 ans, je fais parti de la promo ESC 2012 du campus de Kedge Bordeaux. J’habite à Milan depuis maintenant 4 ans. Je suis responsable export pour une entreprise italienne pour toute l’Europe, mais principalement sur les marchés français et suisse.
Parallèlement je suis responsable de l’antenne des Alumnis de Kedge pour la ville de Milan, mais également pour l’Italie car c’est la seule du pays.

EN SAVOIR PLUS SUR L'ANTENNE DE MILAN      GROUPE FACEBOOK ITALIE

Après ton diplôme à Kedge, qu’as-tu fais ? (Stages, premiers emplois…), et parallèlement, qu’est-ce qui t’as poussé à partir à l’étranger ?

Juste après mon diplôme, je suis allé à Paris pour travailler dans la vente, en SS2I. Par la suite, grâce à un projet personnel, j’ai eu la chance de partir en Espagne pour quelques mois, un rapide travail de commercial. Après l’Espagne il y a eu Milan. Ma période après école s’est donc faite en 3 pays : la France pour le côté formateur, l’Espagne pour une brève expérience professionnelle, et enfin l’Italie depuis 4ans.

Mon choix de venir travailler en Italie s’est fait grâce à différentes raisons :
Premièrement, lors de mes études je faisais parti de l’association « Melting pote », et j’avais donc déjà à cette époque des contacts en Italie, avec des étudiants internationaux.
Et deuxièmement, car avant Kedge, grâce à mon cursus scolaire j’ai eu la chance de pouvoir partir en Italie plusieurs fois, et le coup de cœur s’est réellement fait à ce moment.

Le choix de Milan s’est également fait car selon moi c’est l’endroit où la carrière y est le plus facile, suite à un cursus comme le notre à Kedge, car toutes les grosses entreprises y sont présentes, et donc où il y a les plus belles opportunités.

 

Peux-tu nous parler de ton métier ? Est-il en relation avec la formation que tu avais reçue à Kedge ?

Mon parcours à Kedge était principalement axé sur le marketing, ainsi que sur la vente. J’ai eu l’occasion d’avoir plusieurs fois sur l’année des cours de 2 semaines spécialisés dans la vente, le luxe et les achats, avec différentes intervenant. Et je pense que c’est réellement à ce moment-là que j’ai pris goût à la vente.

Cette même vente, je la retrouve aujourd’hui quotidiennement dans mon métier de « commercial », de vendeur à l’international.
Je travaille pour une imprimerie, « Grafiche Erredue » connue en Italie mais un petit peu moins à l’étranger. Et c’est justement là où c’est intéressant, car c’est une petite entreprise qui veut se développer à l’international.
Sur mon marché, donc la Suisse par exemple, c’est très international car à l’intérieur du pays 3 langues différentes sont parlées.

Donc effectivement, aujourd’hui j’ai un très bon mix entre le secteur de la vente, ainsi qu’avec l’aspect international qui me plait dans mon métier, et que j’aimais déjà à l’époque de « Melting Pote ».

 

Quelles sont, selon toi, les qualités essentielles pour effectuer ton métier ?

« Dynamisme, bonne humeur et volonté ». Pour moi ce sont vraiment trois qualités essentielles du monde professionnel aujourd’hui.
Beaucoup de gens de nos jours sont « frustrés » au travail. On se plaint de son patron, on se plaint de son fournisseur, de ses clients, sauf qu’à force de se plaindre on arrête de travailler dans un certain sens…
Donc pour moi vraiment le but c’est ça, c’est d’être dynamique et plein de bonne volonté.
Si on implique les gens avec qui on travaille, si on fait en sorte que tout se passe bien en entreprise, on va beaucoup plus de l’avant, et on travaille mieux.
Une dernière chose très importante, c’est l’adaptation, l’empathie et surtout avec les différentes cultures. Beaucoup de gens sont amenés à travailler avec d’autres pays, et il faut sans cesse s’adapter. Si on ne fait pas cet effort, les relations vont être plus tendus, et le travail plus compliqué.

 

La culture d’entreprise est-elle différente lorsqu’on est expatrié ?

Les deux cultures se ressemblent, mais restent tout de même différentes. On dit souvent que l’Italie et la France se rejoignent sur beaucoup de points culturels, mais l’Italie c’est la Dolce Vita. La qualité de vie à Milan est supérieure à une grande ville française y compris et surtout Paris.
La manière de considérer les gens est différente, de donner des rendez-vous ou autre, c’est un peu plus approximatif tant au niveau personnel que professionnel. Mais ça ne choque pas réellement, et on peut même dire que ça fonctionne bien comme ça. 

Oui forcément je préfère la culture italienne car c’est vraiment plus cool. Par contre, quand tu as vraiment besoin que ça soit fiable, plus sérieux c’est un peu plus compliqué… Il faut croiser les doigts et espérer que tout fonctionne !

 

Est-ce que ton entreprise accueil des stagiaires ?

A moins d’une opportunité exceptionnelle, la taille de l’entreprise n’est pas favorable à l’épanouissement d’un stagiaire chez nous. Toutefois il est envisageable dans le futur d’en rencontrer du fait du développement de l’entreprise. Je peux utiliser mon réseau et mettre en relation des étudiants à la recherche d’opportunité, comme par exemple pour une étudiante de Kedge Bordeaux que j’ai récemment mise en relation avec Royal Canin, pour un stage. J’essaye de toujours mettre en contact les gens car cela est facile pour moi c’est le principal engagement que je me force à tenir.


Interview réalisée par l'équipe du pro-act étudiant KEDGER TROTTER

EN SAVOIR PLUS SUR LE PRO-ACT      LES SUIVRE SUR FACEBOOK

VOUS ÊTES NOMINÉ(E), VOUS LANCEZ UN PROJET, UNE START-UP ?

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Arnaud BEL (ESC, 2013) 14 mars 2018 à 16h13

Merci pour votre visite ;) Bonne continuation a vous :)